Propositions de M. Bela Bartok concernant les éditions de textes authentiques (Urtextausgaben) des oeuvres musicales et les éditions en facsimile des manuscrits d’oeuvre musicales

„Propositions de M. Bela Bartok concernant les éditions de textes authentiques (Urtextausgaben) des oeuvres musicales et les éditions en facsimile des manuscrits d’oeuvre musicales”. In: Comité permanent des lettres et des arts, 2.ème session, convoquée á Francfort du 12 au 14 mai 1932 jegyzőkönyve

Gyűjteményes kiadás: BÖI, 794–796.; Essays, 499–500.

Forrás: UNOG Archives

Teljes dokumentum

Angol változat

Teljes dokumentum

C.I.C.I./L.A./37.
Geneva, March 7th, 1932. LEAGUE OF NATIONS.
PEMANENT COMMITTEE ON ARTS AND LETTERS.
SECOND SESSION
convoked at Frankfort, May 12th to May 14th, 1932.
PROPOSAL BY M. BELA BARTOK CONCERNING EDITIONS OF AUTHENTIC TEXTS (URTEXTAUSGABEN) OF MUSICAL WORKS AND FACSIMILE EDITIONS OF MANUSCRIPTS OF MUSICAL WORKS. ‘
There can be no doubt that musical works, in current editions, are those which are most exposed to textual deformation and. falsification. On the other hand, anyone can study sculpture or pictures in the original in museums or in the form of photographic reproductions or plaster casts which give a fairly accurate impression of the originals. Even literary works are less liable to deformation because they are intended to be read silently and not aloud and do not tempt anyone to add interpretative signs. Even poetry and plays are generally published, in editions free from interpretative comments.
On the contrary almost all contemporary editions of musical works issued to the public are still encumbered with arbitrary interpretative notations. Commentators seem to feel no compunction in modifying or omitting these signs. Sometimes they do not even respect the notes, which they alter as arbitrarily as they alter the signs.
When the complete works of great musicians are published the revising specialist endeavours to restore the text according to the intentions of the composer.
These complete editions may be regarded as authentic.
But they have one serious defect; they are only accessible to
Collection: Budapest Bartok Archives 2021
the general public in private or public libraries. The reason for this is as follows:
1) Generally speaking, the volumes of these editions are not sold separately.
2) Their price is relatively too high f°r the general public.
3) As most of those editions are out of print,, purchasers are no longer interested.
Only a very small part of these authentic editions sold at a reasonable price and in separate volumes is therefore available to the public. It is, however, a matter of capital interest for persons engaged in serious musical studies to have access to the works of Beethoven, Mozart, Bach, etc. in editions which reproduce exactly the intentions of the author and not those of an “arranger” who may have arbitrarily altered or falsified the text.
I think that at the present time, with its mania for annotated editions, international action alone could repair the damage done. Individual publishers have not the courage to take this matter up and publish authentic editions (Urtext- ausgaben) accessible to the general public.
There is even a worse aspect of the question; – the public and even the majority of teachers and artists have already become so accustomed to editions “edited for practical use”, i.e. inaccurate editions, that they no longer attempt to discover authentic editions and are quite unaware whether any good classical work is or is not available in an authentic edition.
I therefore make the following proposal. It would be desirable that the Institute of Intellectual Co-operation of the League of nations should cause to be prepared by experts and should publish a Repertory of all authentic editions accessible to the public.
This Repertory would be periodically brought up to date and completed by means of supplements. A number of copies of this Repertory would be presented to the Governments of each country, with a request that they should communicate these to their more important schools of music. The remaining copies would be offered for sale. A Repertory of this kind would be an effective form of propaganda for authentic editions and would consequently encourage publishers to publish such editions.
My second proposal concerns facsimile editions of music.
The musical research work leading to the publication of an authentic edition (Urtextausgaben) is, like all human endeavour, subject to errors and inaccuracies. Even in editions of authentic texts we find mistakes which make it difficult to recognise the composer’s exact intentions. For this reason, it is very necessary that facsimile editions of the more important musical works should be available for musicians, research workers in music and students. Naturally, facsimile editions would not render authentic editions useless because for technical reasons (difficulty of reading them and their high price) they would not be in daily use. Moreover, these facsimile editions would take much longer to prepare than authentic editions.
As regards works the manuscript of which is lost, a photographic reproduction should be given of the original edition or the most ancient or best-copied edition, after publishing, of course, the facsimile editions of existing manuscripts.
In this respect, my proposal would be. practically the same as that regarding editions of authentic texts. A Repertory of facsimile editions which have already appeared should be published and should be brought periodically up-to-date by additional lists of new editions of the same kind.
But before such a Repertory is published it would be necessary to collect in another catalogue the titles of the manuscripts of the more important composers of the past, indicating the place in which they are available or the persons in whose possession they are.
Owing to the delays caused by the considerable cost of publishing facsimiles, it would perhaps be possible to draw the attention of the museums in each country to these important problems and encourage them to form collections of photographic reproductions of the manuscripts of the most important musical works, following the example of the “Wiener Meister- archiv”, which contains 30,000 photographic documents.

SOCIETE_DES NATIONS.
C.I.C.I./L.A./37.
Genève, le 7 mars 1932′
COMITE PERMANENT DES LETTRES ET DES, ARTS
convoquée à Francfort du 12 au 14
mai 1932,
PROPOSITION DE M. BELA BARTOK CONCERNANT LES EDITIONS DE TEXTES AUTHENTIQUES (Urtextausgaben) DES OEUVRES MUSICALES ET LES EDITIONS
EN FACSIMILE DES MANUSCRITS D’ OEUVRES MUSICALES,
On sait que dans leurs publications courantes, les oeuvres de musique sont les plus exposées aux déformations et aux falsifications de texte. Par contre, tout le monde peut étudier les oeuvres plastiques et picturales sous leur forme originale dans les musées, ou en reproductions photographiques, ou en plâtres qui donnent une idée assez précise des originaux. Les oeuvres littéraires elles-mêmes subissent moins de déformations, car, destinées à la lecture, elles ne s’interprètent pas à haute voix et ne provoquent pas l’adjonction de signes d’interprétation. Même quand il s’agit de vers ou d’oeuvres scéniques, on ne publie généralement pas d’éditions chargées de signes d’interprétation .
Tout au contraire, presque toutes les éditions contemporaines des oeuvres musicales tombées dans le domaine public sont encore encombrées de signes d’interprétation arbitraires. Les commentaires ne se gênent pas pour modifier ces signes ou les supprimer. Il arrive quelquefois qu’ils ne respectent même pas les notes et qu’ils les changent aussi arbitrairement que les signes d’interprétation.
Quand il s’agit de publier les oeuvres complètes de grands musiciens, le spécialiste chargé de la révision s’efforce e restituer le texte d’après les intentions du compositeur.
Ces éditions complètes peuvent être considérées comme authentiques. Mais elles ont un grave défaut; elles ne sont accessibles au grand public que dans les bibliothèques publiques ou privées. Et cela, pour les raisons suivantes:
10 En général, les volumes de ces éditions ne se vendent pas
séparément ;
20 Leur prix est relativement trop élevé pour le grand public;
30 La plupart de ces éditions étant épuisées, les acheteurs s’en désintéressent.
Seule est donc accessible au public l’infime partie de ces éditions authentiques, qui se vend à un prix abordable et par volumes séparés. Or, il est capital que quiconque s’occupe sérieusement de musique aborde les oeuvres de Beethoven, de Mozart, de Bach, etc. dans des éditions reproduisant exactement les intentions des auteurs, et non dans celles qu’un arrangeur a pu modifier ou falsifier arbitrairement. ‘
Je pense qu’aujourd’hui -a une époque où sévit la manie des éditions annotées- ce n’est que par une action internationale qu’il est possible de réparer les damages causés par cette manie. Car les éditeurs isolés n’ont pas le courage de prendre l’initiative de publier des éditions authentiques (Urtextausgaben) accessibles
au grand public.
Pis encore; le public et meme la plupart des pédagogues et des artistes se sont déjà tellement accoutumés aux éditions “rédigées pour l’usage pratique”, c’est-à-dire aux éditions incorrectes, qu’ils ne recherchent même plus les éditions authentiques et ignorent totalement si telle ou telle oeuvre classique est accessible ou non dans une édition authentique.
Pour cette raison, je fais la proposition suivante: il serait à souhaiter que l’Institut de coopération intellectuelle de
la Société des Nations fît rédiger par des experts et publiât un répertoire de toutes les éditions authentiques accessibles au public.
Ce répertoire serait périodiquement mis à jour et complété par dos suppléments. Un certain nombre d’exemplaires de ce répertoire devraient être présentés aux gouvernements de chaque pays avec la prière de les communiquer aux plus importantes écoles de musique de leur pays. Les exemplaires restants seraient mis en vente. Un répertoire de ce genre ferait une propagande efficace aux éditions authentiques et inciterait en conséquence les éditeurs à publier de telles éditions.
Ma seconde proposition a trait aux éditions musicales en facsimilé. Les travaux musicologiques qui aboutissent à la réalisation d’une édition authentique (Urtextausgabe), peuvent renfermer, comme tout travail humain, des erreurs et des inexactitudes. On relève, jusque dans les éditions de textes authentiques, des fautes qui rendent difficile la connaissance exacte des intentions du compositeur. Pour cette raison, il est capital que des éditions en facsimilé des plus importantes oeuvres musicales soient à la disposition des musiciens, des musicologues et des étudiants. Il va sans dire que les éditions en facsimilé ne rendraient pas superflues les éditions authentiques, car pour des raisons techniques (difficulté de lecturs, prix élevés), les premières ne sont pas destinées à l’usage quotidien, De plus, la réalisation de ces éditions en facsimilé serait beaucoup plus lente que celle des éditions authentiques.
Quant aux oeuvres dont les manuscrits sont perdus, il faudrait donner une reproduction photographique de l’édition originale ou de la plus ancienne et meilleure copie, après avoir,
bien entendu, déjà publié les éditions en facsimilé des
manus-
crits existants.
A cet égard, ma proposition serait à peu près la même que celle qui concerne les éditions de textes authentiques. Il faudrait donc publier un Répertoire des éditions en facsimilé déjà parues, complété périodiquement par des listes supplémentaires des nouvelles éditions de même genre.
Mais, avant même 1’édition d’un tel répertoire, il serait nécessaire de réunir dans un autre catalogue les titres des manuscrits des plus importants compositeurs du temps passé, en indiquant la nom du lieu où ils sont accessibles et des personnes qui les ont en leur possession.
En raison de la lenteur que les frais considérables d’édition imposent à la publication de facsimilés, il serait peut- etre possible d’attirer l’attention des musées de chaque pays sur ces problèmes importants et de les encourager à consitituer des collections de reproductions photographiques d’après les manuscrits des plus importantes oeuvres musicales, comme l’a fait la “Wiener Meisterarchiv”, qui contient 30.000 documents photographiques. .